GTBox prend de l’ampleur

L’internet des objets (ou IoT pour Internet of Things) est désormais connu pour permettre à des équipements de transmettre des informations simplement, et sur de grandes distances. Un compteur d’eau par exemple peut transmettre ses mesures sans devoir être relevé manuellement.

Les mesures sont le plus souvent intégrées dans un réseau opérateur (Bouygues, Orange, …) et peuvent ensuite remonter vers un système d’information tiers, au travers de flux adaptés et sécurisés. La communication se fait essentiellement dans un sens, du capteur vers le système central.

GTBox intégrait déjà cette technologie pour collecter différents capteurs. Elle va désormais intégrer directement le protocole Lora, un des protocoles radio de l’IoT.

Cela va permettre d’envisager une communication directe et bidirectionnelle entre des GTBox et leurs capteurs/actionneurs, sans passer par un opérateur, et dans un rayon de plusieurs kilomètres !

Le premier projet consiste à gérer l’éclairage du parking d’un centre commercial de 80 000 m2. L’objectif est de piloter chaque candélabre (lampadaire), en gradation,  de manière indépendante et en fonction d’un certain nombre de critères (horaire, luminosité, position, …).

On peut imaginer par exemple d’éclairer plus faiblement tout ou partie du parking avant ouverture commerciale, pour permettre un accès sécurisé du personnel au site, tout en limitant la consommation d’énergie. On peut imaginer également d’éclairer plus fortement le parking pendant les périodes de forte activité commerciale. On peut imaginer de diminuer l’éclairage en cas de surconsommation électrique pour éviter les surfacturations.

Bref, on peut imaginer beaucoup de choses grâce aux algorithmes de gestion d’éclairage de GTBox.

Cette technologie ouvre la possibilité de piloter des éclairages publics de manière intelligente à l’échelle de communes. Imaginez un éclairage qui diminue la nuit pendant les faibles périodes de fréquentation, sans pour autant s’éteindre totalement avec toutes les problématiques induites. Imaginez l’inverse, un éclairage qui puisse augmenter, dans certains quartiers ou dans certaines zones pendant des périodes de forte activité.

La baisse de consommation d’énergie est proportionnelle à la diminution de l’intensité d’éclairage. Une diminution de 10% de l’éclairage est presque invisible à l’œil nu mais fait pourtant baisser la consommation d’énergie de 10%.

Toutes ces nouvelles technologies vont dans le sens de la préservation de l’environnement qui devient capitale, on le mesure désormais presque quotidiennement.

Elle concerne nos enfants ou petits-enfants qui connaitront les années 2100.

Elle est également, pour les entreprises et collectivités, une façon d’investir sur le très long terme pour préserver un équilibre économique forcément étroitement lié à l’équilibre sociétal.